Cette démarche d'analyse du système social permet d'identifier les dynamiques sociales et leur rôle dans la stratégie de développement socio-économique de l'entreprise. Comprendre le fonctionnement du système social nous paraît particulièrement bienvenu aujourd'hui pour réinscrire les symptômes individuels de la souffrance au travail dans une problématique collective afin de redonner aux acteurs en place : représentants du personnel, syndicats, hiérarchie, leurs rôles respectifs dans la régulation d'un système en crise.

La responsabilité de l'entreprise porte sur sa capacité à organiser le travail collectif en préservant la santé physique et mentale des salariés qu'elle emploie. Et quand les conséquences d'une situation de travail dégradée atteignent la sphère privée du salarié, l'entreprise n'a pas à interroger son histoire personnelle, par contre elle ne peut faire l'économie d'aller regarder du côté des conditions de travail qu'elle impose au salarié.

A l'heure où les situations de travail dégradées sont présentées aux salariés comme une fatalité inhérente à des contraintes qui nous dépassent, il est urgent de se mobiliser en se saisissant des droits accordés par le code du travail. Tout le monde parle à l'envie de prévention des risques psychosociaux, alors que la majorité des situations rencontrées aujourd'hui présentent des risques graves pour la santé, connus, analysés, avérés par des symptômes identifiés, sans que cela ne modifie en rien les modes d'organisation du travail.

La plupart des salariés, face aux difficultés qu'ils rencontrent dans l'organisation de leur activité, tantôt contraignante à l'extrême, tantôt floue et imprécise, ne parviennent pas à exprimer ce qu'ils vivent, autrement que par des termes sans contenu, banalisés : le stress, les risques psychosociaux. Ces expressions génériques sont désormais utilisées pour évacuer vers la gestion, ce qu' Yves Clot nomme si justement « les déchets subjectifs du travail ».
C'est à dire tout ce que les salariés ne parviennent plus à exprimer dans leur activité professionnelle, faute de temps, de moyens et surtout parce que c'est le résultat qui est attendu, pas leur travail.

futur antérieur n'a pas, devant cette situation, abandonné les vertus de l'approche sociologique. Bien au contraire, car le diagnostic sociologique offre la possibilité de :

  • puce Comprendre un système de rapports humains dans le contexte technique et économique du travail et d'analyser les points critiques d'ajustement,
  • puce Reconstituer les modes de coopération au travail : relations entre collègues, entre services, relations hiérarchiques,
  • puce Analyser les modes de socialisation à travers les cultures de métier et d'entreprise